Doit-on s’abandonner à un seul écosystème ?

Illustration mettant en avant le côté hyperconnecté de Google.

Illustration mettant en avant le côté hyperconnecté de Google.

Apple, Google, Microsoft constituent les trois géants de l’informatique aujourd’hui par l’abondance et la qualité des produits qu’ils proposent. Tous les produits sont-ils interconnectés pour offrir à l’utilisateur une expérience continue ?

L’ÉCOSYSTÈME, C’EST QUOI ?

L’écosystème c’est considérer les produits d’une même marque comme étant un tout, chaque produit étant l’extension d’un autre. Ainsi si l’on prend un exemple concret soit Apple, on remarque que l’on peut contrôler certaines fonctionnalités de son iPhone via son ordinateur Macintosh.

Choisir un écosystème plutôt qu’un autre peut être le fruit de plusieurs aspects.
Si l’on reprend l’exemple d’Apple, qui a d’ailleurs l’écosystème le plus poussé et qui use de cela comme un argument marketing fort, on remarque que ce qui ressort de cet écosystème c’est la simplicité. Tout est simple, on passe d’une tablette tactile à son ordinateur, à son smartphone en un claquement de doigt. Cela implique cependant plusieurs sacrifices.

Illustration montrant la continuité entre iPhone et MacBook.

Illustration montrant la continuité entre iPhone et MacBook.

Il est clair que tout centraliser peut paraître intrusif en ce sens où l’entreprise sait tout de vous. Elle sait à quelle heure vous vous levez, vous déjeunez, vous allez au travail, quelle série vous regardez et ainsi de suite.
Une des interrogations que l’on prête à Benjamin Franklin est « sommes nous prêt à sacrifier un peu de notre liberté pour plus de sécurité ? ». Aujourd’hui et avec l’intrusion accrue de ces entreprises nous arrivons à l’ère du « sacrifions notre liberté pour plus de confort ».

APPLE, MICROSOFT OU GOOGLE ?
Ces trois géants proposent clairement trois paradigmes distincts. Trois mondes avec leurs propres codes, leurs propres produits.

Les trois écosystèmes principaux

Les trois écosystèmes principaux

Le système Apple est, à l’inverse de ses deux concurrents majeurs, fermé puisque seul Apple peut l’agrémenter, le faire évoluer, le changer. Cette stratégie consiste à maitriser son monde,

à proposer une offre léchée qu’eux seuls façonnent ; une offre aux abords simple et ouverte mais en réalité qui repose sur un système clôt.
Néanmoins, quand il s’agit de l’écosystème Apple est devant. Cet hyper contrôle leur permet d’unifier leurs produits.

« Les produits Apple offrent une expérience utilisateur supérieure à celle des autres acteurs du marché. Quand on a un iPhone, on ne se demande pas comment acheter de la musique : on va sur l’iTunes Store » expliquent Matthieu Lecomte et Charles-Axel Dein, deux analystes.

En 2015, Google à chercher à s’intégrer sur le marché des objets connectés avec un double projet : Weave d’abord, un langage pour que les objets connectés échangent ensemble et Brillo ensuite, un système d’exploitation qui permet de « smartifier » (rendre intelligent) les objets de tous les jours, tous deux interfacés facilement avec un smartphone.

Présentation du système Weave de Google

Présentation du système Weave de Google

Sundar Pichai, PDG de Google, parle d’automatisation complète d’une ferme : « Imaginez un fermier qui gérerait toute sa ferme depuis son smartphone, des caméras de sécurité aux capteurs en passant par le système d’irrigation. Tout serait connecté et tout fonctionnerait mieux. ».

Ainsi, Google montre sa volonté d’englober le monde connecté en connectant même des objets qui ne le sont intrinsèquement pas.

On retrouve enfin Microsoft, à la traine. Même si son système d’exploitation Windows est le plus utilisé au monde Microsoft peine dans la proposition d’un écosystème limpide et cohérent et le problème réside en un programme : Windows mobile. Nous l’avons vu tant chez Google que chez Apple, la pierre angulaire dans l’instauration d’un écosystème performant est le bon fonctionnement des systèmes entre eux. Même si Windows mobile est de plus en plus agréable et répond aux attentes actuelles, il s’avère que ce dernier est toujours derrière iOS et Android.

Rouchdi TOUIL

Étudiant M1 en PGE à Kedge Business School, je suis rédacteur à Technom'aide. Mon rôle ? Vulgariser des thèmes autour des nouvelles technologies.

More Posts